Moitié pour nous-mêmes, moitié pour les autres

Chers amis,

Nous sommes tous, kenshis ou non, confrontés à un mal qui se répand sur le monde. A priori sans trop de gravité pour certains, il touchera sévèrement les plus faibles de nos contemporains.

Parce que nous pratiquons le Shorinji Kempo, nous avons des principes que nous récitons lors du Chinkon.

« Nous aimons l’Humanité et nous essayons d’améliorer ses conditions de vie »

Les médecins, les épidémiologistes, les statisticiens nous alertent : c’est en minimisant les contacts que nous jugulerons l’épidémie. Alors, pour rester fidèles nos principes, nous nous devons de collaborer entre nous mais également avec les autorités et le corps médical.

Nous avions donc rapidement choisi de suspendre nos entraînements et d’annuler nos stages, puis le Gouvernement a décidé d’une fermeture totale des lieux où nous nous rassemblons.

C’est en écoutant les experts que nous traverserons cette période sombre. Certains ont appris à faire preuve de bravade face à l’obscurantisme et la terreur, mais ce n’est pas le même ennemi cette fois.

Nous nous entraînons au combat avec un seul objectif : ne pas perdre. Cela doit rester notre ligne de conduite, nous protéger d’abord et, ce faisant, protéger les plus fragiles : Shushu Koju

Comme dans un randori, la distance est d’une importance vitale. Nous vous enjoignons à respecter et faire respecter les mesures sanitaires, prenez soin de vous, prenez soin de vos proches.

Frank Baldet, le Président de la Fédération Française de Shorinji Kempo l’a répété à tous : « Panique interdite ! ». Tout est dit. Ajoutons simplement, maintenant plus que jamais :

Vivons moitié pour nous-mêmes, moitié pour les autres.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.